13 réflexions au sujet de « Contact »

  1. Bonjour,
    Je voulais savoir combien de garde par semaine font les urgentistes?
    j’hésite a devenir urgentiste mais je crois le rythme me fait un peut peur

    Merci!

    • Un contrat aux 39h normal selon les nouvelles règlementations entrées en vigueur tout récemment pour les urgences, si le service n’est pas en sous-effectif, c’est 4 à 5 gardes par mois (une par semaine en moyenne).

      C’est tout à fait viable, et à remettre dans le contexte de repos, congés et RTT inhérents aux postes du public.

      Encore une fois, cela dépend de chaque service et le problème reste le manque d’effectif de certains, qui peut vite faire grimper la note.

  2. Ok merci!
    Je choisis demain mon poste d’internat demain :/
    Et mon coeur balance entre la tranquille médecine générale et la sportive médecine d’urgence.
    Vous auriez pas un conseil bien avisé?

    • Par essence mon conseil sera biaisé… je suis dans cette spé parce que j’y ai toujours cru, ce n’est pas un choix à faire par dépit parce que c’est exigeant et demande de la passion.

      Comme ça a été débattu ces derniers jours:

      – Ne pas oublier que la vision qu’on a pu avoir de stages d’externes en CHU n’est pas la réalité de tous les services d’urgence de CHU, et encore moins ceux des CHG qui est un exercice très polyvalent et parfois plus autonome.

      – La spé est en pleine mutation, elle commence à peine à prendre forme et risque encore de muter très vite dans les prochaines années, on l’espère en bien.

      – Un exercice de MU aujourd’hui, c’est urgence (comprenant ambu / circuit long / déchocage / UHCD) et SAMU (comprenant régulation / SMUR ), plus toutes les niche existant selon les services (activité d’USC, secours héliporté, secours en mer, secours en haute montagne), c’est une activité très diversifiée, mais aussi très dure dans les pics épidémiques ou dans les services sous-dotés et en problèmes de recrutement.

      Le mieux est de demander des avis aux internes ayant choisi MU dans différentes villes, et de même pour la MG. C’est vraiment une somme de préférences individuelle, je ne pourrai pas choisir pour un autre. Mais comme tu le vois sur ce blog, on est nombreux à aimer ce qu’on fait et à travailler pour que ça s’améliore encore.

      Bon courage pour les choix

  3. Bonjour,
    je suis un trentenaire en reprise d’études médicales ,je voudrais savoir si autant que médecin on peut exercer légalement aux urgences (unité ambulatoire comprise) en ayant validé un autre DES que celui de MU mais avec des par exemple un DU de médecine d’urgence ou de réanimation polyvalent .Pour être plus concret ,un interniste ou un généraliste avec un DU de médecine d’urgence pourrait-il exercer dans les unités d’urgences/régulation/SMUR
    Merci d’avance .

    • Bonjour, l’ère pré-2018 était faite de parcours très divers la spécialité médecine d’urgence n’existant pas, désormais il s’agit d’une spécialité à part entière. Il est possible de travailler en urgence/SMUR/régulation en venant d’autres spécialité en tout réalisme aux vues des manque de praticiens partout en France, les modalités changeront sûrement d’un hôpital à l’autre. Le retrait de la CAMU, très décrié, devrait être prochainement remplacé par un diplôme équivalent pour permettre les passerelles. En pratique, les profils atypiques existent dans la plupart des services.

      Dans notre centre, qui est un centre à forte activité et activité technique et très autonomes notamment sur les postes de déchocages, nous avons au moins un médecin ne venant pas de la filière qui a été recruté. Il a commencé sur des postes non critiques (circuit court, circuit long, toujours doublé par un urgentiste qualifié), puis a été placé progressivement au déchocage toujours en présence d’un autre urgentiste au poste voisin, puis progressivement en régulation généraliste. Les postes de régulation urgentiste et SMUR, de même que les postes d’urgence nocturne sur site isolé et sans renfort, et les postes de déchocage sans soutien d’un autre urgentiste qualifié, arriveront plus tard au fur et à mesure de la formation interne et des DU. Au bout de quelques années de cette pratique l’Ordre pourra reconnaître une qualification ordinale en vertu de l’expérience accumulée, si aucun diplôme spécifique n’est crée entre temps. C’est le projet que nous avons prévu pour ces praticiens chez nous.

  4. J’espère bien que la CAMU soit dignement remplacée; en tout cas merci pour la réponse claire et complète . c’était une question pour laquelle je ne trouvais pas de réponse précise que ce soit sur le net ou ailleurs .

  5. Bonjour, je suis un anesthesiste reanimateur de Djibouti et suis tres interessé par vos cours d echo donnés aux internes en Urgences ….j ai eu l occasion d effectuer une partie de ma formation en France (IHA DESGENETTES DE LYON) et là-bas j ai decouvert un gd interet pour l echo (surtout echo fast)..merci

  6. Bonjour,

    Voilà bien longtemps que le blog n’a pas été alimenté.
    C’est bien dommage, même si j’ai conscience que l’activité hospitalière des 24 derniers mois a été plus que soutenue.
    Y aurait-il d’autre article lorsque la situation reviendra à la normale?

    au plaisir de vous lire.

    • Bonjour, je ne sais pas, je dirais à prioi oui mais sans aucune prévision ni projet de date ni d’année, et je n’ai de toute façon depuis un an et demi pas tellement de temps libre en dehors de l’hôpital, les choses ne faisant depuis que s’aggraver au niveau des urgences.

  7. Bonjour,
    Je suis en première année de médecine et bientôt je dois présenter un oral portant sur mon projet professionnel pour valider mon concours.
    Même si j’ai encore le temps de la réflexion j’aimerais savoir s’il est aujourd’hui possible avec la spécialité de médecine d’urgence de devenir, après avoir exercé en hôpital, médecin généraliste en cabinet.
    Je ne sais pas si ma question est très pertinente mais je me dis que dans les deux cas il s’agit des filières où le corps humain est traité dans sa globalité, et j’ai peur que le métier d’urgentiste ne me convienne plus auprès des années de travail à 100 à l’heure !
    Merci beaucoup du temps que vous prenez à nous répondre en plus de votre métier très prenant. Bonne journée !

    • Bonjour Chiara,

      Il n’y a pas une région qui ne manque pas de manière critique de médecin. Je ne connais pas un médecin urgentiste ayant voulu se reconvertir (en médecine générale ou ailleurs) qui n’ai pas réussi à le faire, bien que les nouveaux urgentistes soient de vrais hospitaliers, et aient bien plus tendance que leurs ainés à se reconvertir dans la médecine polyvalente (= médecine générale en service d’hospitalisation) ou autre service, plutôt qu’en cabinet de ville.
      Avec l’apparition des nouveaux DES, passer en médecine générale véritable (libérale en ville ou activité en maison médicale de médecine générale) demandera un passage d’équivalence de diplôme, qui peut être assez simple sur commission dans certains départements, plus complexes dans d’autres, dans ce cas il ne faut pas hésiter comme certains à aller passer l’équivalence dans l’endroit le moins pénible avec ça, et revenir ensuite exercer où on veut. Exercer en médecine polyvalente à l’hôpital ne nécessite à ma connaissance pas d’équivalence.

      Il n’y a vraiment aucun soucis à se faire sur la reconversion, tous les secteurs sont demandeurs de médecins. Et avec un peu de chance ta passion pour l’urgence sera perenne dans le temps, et tu trouveras des moyens de poser un peu ta carrière d’urgentiste en avançant en ancienneté (poste partagé urgence / autre activité, que ce soient des services post-urgence, de la formation aux secours d’urgence en CESU, de l’activité annexe d’USC, du DIM (informatique médical)), j’en connais beaucoup qui panachent leur activité quand la fatigue physique se fait sentir en milieu de carrière, ce qui leur permet d’équilibrer les contraintes et baisser les gardes.

      L’adresse mail du blog en haut de cette page est disponible pour les questions plus développées.

Répondre à Cerbere22 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.